Comprendre comment fonctionne l’algorithme de Google 3/3

Troisième et dernière marche aujourd’hui sur les algorithmes de Google. Nous avons vu dans l’article précédent les rôles des principaux algorithmes de Google (comme Pinguin, Panda ou encore Colibri), et sur quoi ils agissaient précisément (duplicate content, spamdexing, etc…). Aujourd’hui, nous allons aller plus loin dans l’analyse en nous intéressant à la manière dont Google modifie ses algorithmes pour les rendre toujours plus performants. Un process en quatre étapes, de l’idée à la mise en œuvre opérationnelle, expliquée par Big Mama, votre spécialiste en machine learning. Vous pourrez ainsi mieux comprendre comment le premier moteur de recherche au monde créé chaque jour de nouveaux outils de qualité.

machine-learning-algorithme

1) Une idée pour améliorer l’algorithme

Comme souvent dans ce type de projet, c’est de l’équipe d’ingénieurs qu’émane l’idée d’amélioration de l’algorithme. Dès lors que bourgeonne cette idée et sur la base de celle-ci, les multiples options de modifications du robot sont explorées. Ces différentes pistes font l’objet d’une première sélection en fonction de leur qualité et de leur pertinence. Arrive ensuite la première phase de test, durant laquelle différentes variables sont modifiées, puis les tests sont transmis à d’autres spécialistes de Google. Ils réunissent leurs remarques et prennent en compte (ou pas) leurs apports, jusqu’à ce que le résultat soit suffisamment bon pour être transposé à une population plus importante.

2) Evaluations et tests comparatifs

La population qui va évaluer l’algorithme est d’abord formée en amont. Dès lors, la première étape de ce processus d’évaluation consiste à réunir les remarques des testeurs. Ces derniers sont censés juger de la qualité des résultats de recherche sur une requête donnée. Ensuite, il s’agit de réaliser des tests comparatifs entre deux groupes de résultats de recherche : les premiers résultats seront en réalité ceux de l’ancien algorithme, et les seconds résultats sont ceux du nouvel algorithme. Les testeurs sont alors invités à donner leurs préférences en détaillant leurs choix. L’objectif ici est de pouvoir vérifier sur une population plus grande la pertinence des modifications opérées en phase 1.

3) Tests grandeur nature

Quand l’évaluation est satisfaisante auprès des testeurs, il est temps de passer à une étape de test grandeur nature. Le nouvel algorithme est alors appliqué à un petit nombre d’internautes utilisant (réellement) Google, et leurs spécialistes observent de près la manière dont les usagers appréhendent ces modifications. Les équipes Google passent alors au crible ces données pour juger de la pertinence de la modification de l’algorithme (en général, + de clics sur le 1er résultat = test concluant).

4) Lancement

C’est ensuite les ingénieurs qui finissent le boulot en analysant de manière très précise et pointue les datas des différents tests et évaluations effectués. En fonction des retours obtenus, ces derniers prennent la décider de prendre en compte définitivement la modification ou non. Pour donner une idée du volume de modifications apportées à ses outils par Google en 2011, la firme américaine avance le chiffre de 538 améliorations pour l’exercice 2011. Vous l’avez compris, on ne devient pas (et ne reste pas)  le meilleur moteur de recherche au monde par hasard.

apprentissage-automatique

SEO

Cette entrée a 0 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *